Butrint

Le parc national de Butrint

Le parc national de Butrint est l’ultime étape avant de rejoindre la Grèce. Situé dans la plaine de Vrina, il s’étend sur une superficie de 29 km². Au cœur du parc, le lac de Butrint qui est notamment connu  pour son site archéologique (inscrit au patrimoine de l’UNESCO depuis 1992) se trouve à 2 km de la mer Ionienne et il est relié à la cote par le canal de Vivari. Le parc se caractérise par sa végétation méditerranéenne d’une exceptionnelle diversité composé de rivières, marécages, lagons d’eau salée, pâturages… Cette zone marécageuse accueille des espèces menacées (le courlis à bec grêle, la tortue cuir…). Les amateurs de randonnée ont la possibilité d’emprunter de nombreux sentiers balisés pour partir à la découverte de cette faune et flore exceptionnelle.

Théâtre Romain Butrint Albanie Tourisme - Photo Marc Morell
Théâtre Romain Butrint Albanie – Photo Marc Morell

Le site archéologique de Butrint

Dans l’antiquité, la ville de Butrint constituait une étape importante sur les routes commerciales. La vue de son enceinte, qui remonte au VIe  siècle av. J.-C., suffit à évoquer la puissance économique et commerciale de la ville au cours de cette période. Le site est divisé en 2 parties : l’acropole et la ville basse. Surplombant la colline, l’acropole permet d’apprécier la position stratégique du site et son petit musée archéologique propose une collection de nombreux objets. Dans la ville basse, on retrouve le baptistère, une structure d’origine byzantine, est qui l’un des monuments les plus importants de l’architecture paléochrétienne des Balkans. Non loin de cet édifice se trouvent les ruines des thermes et une grande fontaine publique. Les ruines de l’église byzantine méritent aussi le coup d’œil notamment ses murs, ses colonnes et le sol qui conservent quelques traces de cette période.  Le temple d’Asclepios, construit au II ème siècle sur les fondations d’une structure plus ancienne, est relié au théâtre un des lieux les plus emblématiques du site. Cet amphithéâtre, érigé au III ème siècle avant JC, pouvait accueillir jusqu’à 1500 spectateurs. Rendez-vous sur le coté gauche de sa scène pour y découvrir des inscriptions grecques gravées dans la pierre.

Informations Pratiques :

Horaires d’ouverture :
Toute l’année de 08h00 à la tombée de la nuit
Fermeture du musée à 16h00

Site de l’UNESCO – Butrint
Site officiel Butrint Albanie

 

Vlora – Vlorë

centre-vlora-albanie-tourisme

Vlora est la porte d’entrée de la Riviera albanaise, située  à seulement 72km  de la côte italienne,  c’est le point  de passage entre la mer Adriatique et la mer Ionienne. Sa situation géographique, entre Tirana  (150km) et Saranda (130km), est le point de départ idéal pour explorer la Riviera avec son paysage côtier remarquable laissant place aux collines flirtant les plages.

Deuxième port du pays après Durrës, son nom est issu à la fois du Golfe qui l’abrite mais aussi de la région administrative, dont elle est le chef-lieu. C’est à Vlora qu’Ismail Qemali proclama l’indépendance de l’Albanie le 28 novembre 1912, lors de la première guerre balkanique. Elle fut la première capitale du pays, mais fut envahie par l’Italie en 1914 et occupée jusqu’en 1920. Après la chute du communisme, la cité a fait beaucoup parler d’elle, elle fut en effet le centre d’émeutes populaires après l’effondrement de plusieurs pyramides frauduleuses d’investissement.

Vlora est une cité fortement imprégnée de l’histoire du pays. N’hésitez pas à vous rendre à la Place du Drapeau, où se trouvent la plupart des musées de la ville comme le Musée de l’indépendance, installé au sein du siège du premier gouvernement albanais de 1912 ou le Musée ethnographique. Un autre point digne d’intérêt est bien évidemment le monument de l’indépendance, érigé sur cette même place du Drapeau, construit en 1972, il représente les différents personnages de l’indépendance de l’Albanie avec notamment un homme brandissant le drapeau de l’indépendance. Aux alentours, vous pouvez trouver la Mosquée de Muradie, datant de 1542,  ou alors le Cimetière des Martyrs en hommage à la libération du pays de l’invasion italo-allemande, le 29 novembre 1944. Le bord de mer est incontournable, vous pouvez vous promener le long de la plage se trouvant au sud de la ville. Mais si vous rêvez de paysages paradisiaques , prenez la direction d’Orikumi, vous découvrirez une succession criques aux eaux limpides.

monument-independance-1912-albanie-tourisme

 

 

Saranda – Sarandë

Saranda Albanie Tourisme

Située en face de l’île grecque Corfou, Saranda est une station balnéaire très appréciée des Albanais. Bien que les visiteurs étrangers ne soient pas encore très présents en Albanie, la cité commence à attirer de nombreux touristes des pays voisins, voire même quelques touristes britanniques… Il faut dire que la ville possède des atouts de charme: un front de mer décoré de palmiers ou d’eucalyptus, bordé par de nombreuses terrasses de café, un petit port de pêche où les barques sont bercées par le clapotis…

La cité s’est développée durant l’Antiquité, dès les II ème et III ème siècles après JC, des fouilles archéologiques ont permis de révéler des vestiges (villas, bâtiments…) dans le centre-ville. Quelques ruines datant de l’époque tardive de l’Antiquité sont également visibles. Par contre, qu’une faible partie des vestiges ont pu être exposés au grand jour pour la simple et bonne raison que la ville moderne a été construite  sur la cité antique.

Saranda, est l’endroit idéal pour un séjour mariant détente, excursions et histoire, mais aussi un bon point de départ pour visiter  Butrint, au sud, les plages sauvages de la Riviera, au nord, et la ville-musée de Gjirokastra, à l’est.